Le fonctionnement d’une fosse septique ou toutes eaux

 

 

L’élément principal du système d’assainissement non collectif est la fosse septique, elle répond à des normes techniques strictes pour être efficace.

Il existe deux types de fosses:

  • la fosse toutes eaux, elle reçoit toutes les eaux usées de la maison (toilettes, cuisine, salle de bain..)
  • la fosse septique qui ne reçoit que l’eau des wc.

Les fosses conservent les matières solides et le papier qui se transforment en boues puis en en gaz. L’eau ressort ainsi propre et saine. Ces systèmes d’assainissement individuel permettent donc de traiter les déchets sur place sans transport. 

 

La fosse assure la transformation des déchets solides en gaz et l’épuration de l’eau grâce à un processus de biodégradation lent et complexe qui se déroule en 3 phases :

– La liquéfaction (transformation des matières solides et matières solubles)
– La phase acide (transformation des matières solubles et matières en acides)
– La transformation des acides en gaz 

 

Les rejets de gazs sont propres et sains car ils sont constitués de carbone d’origine recyclable ne présentant aucun danger pour l’homme et l’environnement.

Taille : La fosse doit être bien dimensionnée par rapport au nombre de personnes vivant dans la maison, bien ventilée et régulièrement entretenue. 

 

Pérennité : elle est conçue pour durer aussi longtemps que l’habitation, plusieurs dizaines d’années.

Confort : l’objectif est de vivre aussi confortablement que dans une habitation avec un assainissement collectif, sans désagrément. L’utilisation régulière d’activateurs biologiques pour fosses septiques est vivement recommandée par les constructeurs de fosses pour éviter tout dysfonctionnement (mauvaises odeurs, engorgements…).

Economie : une fosse septique qui fonctionne bien est très économique et son entretien avec un activateur permet d’espacer les vidanges.

 

Les principaux problèmes rencontrés à l’utilisation d’une fosse septique proviennent souvent d’un dysfonctionnement de l’étape de digestion anaérobique, qui lorsqu’elle est mal maîtrisée, peut s’accompagner de mauvaises odeurs ou dans le pire des cas d’engorgement : les matières s’accumulant alors plus vite qu’elles ne disparaissent. A savoir:  si le niveau des boues atteint 50% de la fosse, celle-ci doit alors être vidangée.

Pour faciliter cette étape de digestion anaérobique qui consiste à la transformation des matières solides en acides, il faut stimuler les bactéries qui en sont responsables. Naturellement présentes dans la fosse,  elles assurent la décomposition de la matière en les différant et en les transforment en acides puis en gaz.

Pour stimuler cette étape et ainsi éviter tous désagréments, il suffit d’activer leur développement avec des nutriments et des supports « nids » particulièrement favorables à leur multiplication. C’est pour assurer ces 2 fonctions essentielles aux bactéries qu’Eparcyl a été mis au point.

Array ( )